Blog

Kaalimera – Chapitre 1

Après de longues semaines de préparation, la fête du printemps était enfin là. Les fleurs étaient écloses depuis presque dix jours et l’odeur du bonheur s’était maintenant répandue dans tout le village. Mère Nature semblait nous avoir donné une bénédiction magnifique cette année.En sortant du village, j’aperçus Grand-mère Cerise qui discutait avec le chef. Le temps ne semblait n’avoir aucune emprise sur elle. Sa beauté et sa pureté la rendait resplendissante. Sa sagesse avait aiguillé le moindre de mes choix jusqu’à présent et je savais que jamais je ne la dérangeais quand j’allais vers elle pour chercher le réconfort.

Once upon a time – Chapitre 2

Le ciel était décidemment très clément en cette saison. Un soleil brillait de mille feux au dessus de la prairie verdoyante. Les herbes carressaient son dos alors qu’assise dans l’herbe, le gobeline massait son pied droit. La journée avait été rude et les chaussures commençaient à être usées. L’entrée de la ville était juste là, à quelques centaines de mètres devant elle. Une entrée qui donnait un avant goût de la beauté de la ville, animée par la magie et faisant s’élever dans les airs de nombreuses plateformes rondes ornées de pierres lumineuses.

Once upon a time – Chapitre 1

Les yeux plissés, elle lutait contre la lumière intense qui arrivait jusqu’à elle. La nuit avait été longue. Le corps tout engourdi par la fraicheur du matin, elle frotta ses vêtements plein de terre en se levant.
Les premiers oiseaux de la saison commençaient à chanter quand elle décida de se remettre en route. Elle remballa toutes ses affaires dans son gros sac à dos et enfourcha son âne.

La lumière verdie par l’épais plafond de feuilles, la forêt s’étendait à perte de vue. Ce terrain humide abritaient des créatures très peu connues et dangereuses. Malgré tout, elle avançait et le bruit des sabots sur la terre était presque sourd. Le pas lent, la route se faisait sentir sur les articulations de l’animal et il fallait bientôt s’arrêter. Une petite ouverture dans les branches laissait appercevoir le ciel d’un bleu fascinant.